Renouveler mon adhésion » Adhérer » Accès au forum »

Comment réussir une séance d'observation ou de prise de vue dans nos cabanes Pic Vert?

Large medium la cabane et sa vue cabane mangeoire r serve de bi vre janvier 2019  m lissa chapelain  3

Jean François Noblet, coprésident du Pic Vert, vous donne quelques conseils...


" On me pose souvent la question de savoir comment réussir une séance d'observation ou de prise de vue dans nos cabanes Pic Vert. Voici quelques conseils :

Choisir la saison :

On sait, par expérience, que certaines périodes sont moins favorables. En hiver certaines espèces ne sont plus présentes autour de certaines cabanes (Les espèces migratrices, celles du Grand Ratz qui descendent en plaine) Par contre on peut constater l'arrivée de certaines espèces (Pinson du Nord, tarins, bouvreuils) venant du Nord de l'Europe ou descendant de la montagne. En été, les périodes de forte chaleur vont favoriser la présence d'espèces autour des points d'eau (Oiseaux, libellules, amphibiens, couleuvres et plus irrégulièrement des mammifères). On constate généralement une certaine inactivité en Mai-Juin quand les oiseaux sont en train de couver et surtout en Août après la reproduction et au début des migrations

Choisir son heure :

Les oiseaux sont plus actifs tôt le matin et moins actifs à partir du milieu de l'après-midi, surtout en hiver. Les libellules, les insectes attendent le réchauffement de l'atmosphère avec le soleil. Les mammifères sont généralement nocturnes donc plus visibles à l'aube et au crépuscule.

Apporter de la nourriture :

Il est clair que l'apport régulier de nourriture (graines, viande, noix, fruits, baies etc.) est un atout pour voir des animaux. Pour cela on peut s'assurer auprès du service civique du Pic vert ou des adhérents qu'un dépôt est réalisé avant une visite. On peut apporter de la nourriture : cadavre d'animaux non domestiques et non protégés trouvés sur une route, déchets de viande et morceaux de graisse animale donnés par un boucher, graines de petites dimensions, pain réduit en miette, vers de farine séchés. Les noix et noisettes doivent être coincées dans des fissures ou trous de perchoirs. Des stocks de fruits (pommes, poires, kakis, raisins, coings) sont étalés au sol pour les grives et étourneaux. Maïs, blé pour les faisans, pigeons, tourterelles et micromammifères. Plus on en met mieux c'est et il ne faut pas hésiter à en remettre quand vous partez d'une cabane pour les suivants. Les cadavres doivent être ouverts et des petits morceaux de viande déposés sur les perchoirs et autour du cadavre.

Prévoir de l'eau :

Les oiseaux ont besoin de boire et de se baigner , même en hiver. Aussi il faut casser la glace aux endroits où il y a des baignades régulières. D'autre part, les oiseaux n'aiment pas se baigner dans une eau trouble, souillée par de la vase ou des feuilles. Le balayage des déchets dans nos baignoires et le remplacement de l'eau sont indispensables (Gros Mollard, Grand Ratz, grand observatoire).

Rester longtemps :

Surtout si la nourriture n'a pas été régulièrement mise auparavant il faut compter au moins une demi-heure de présence avant de commencer à voir des animaux. Ce sont souvent les mésanges qui repèrent les dépôts de nourriture et attirent les autres espèces par les allers et venues et leurs cris. Je vois des commentaires négatifs sur les cahiers d'observation alors que le temps de présence est très limité.

Lire le cahier d'observation :

Cela renseigne sur les espèces vues récemment. Pour cela il est indispensable de bien noter sur ce cahier votre nom, prénom, la date, votre heure d'arrivée et de départ, la météo. Je rappelle que toutes les données sont enregistrées sur la base de données Pic vert et qu'elles sont accessibles aux adhérents.

Prévoir éventuellement :

Des bougies chauffe plat pour limiter la buée sur les vitres en hiver. Une cisaille pour couper l'herbe qui gêne la vue en été.

Un dernier conseil :

Je ne vous ai pas parlé de la météo et c'est volontaire. En effet j'ai constaté plusieurs fois qu'une séance d'observation " à contre courant" est souvent très intéressante. Allez y quand il fait trop froid, trop mauvais ou trop chaud, Allez y la nuit, allez y quand personne n'y va car ce sont les fêtes de fin d'année et quand le visiteur précédent se plaint de n'avoir rien vu. C'est ce jour-là que vous reviendrez très heureux. Voici une preuve :
Hier il faisait très mauvais et je suis allé à la cabane du Gros Mollard entre 10h et 12 h. Astrid, notre service civique, m'avait dit qu'elle avait mis des graines mais qu'elle n'avait rien vu de particulier. Deux remarques précédentes sur le cahier montraient la présence d'un seul rouge gorge. Alors j'ai nettoyé complètement la petite mare baignoire et changé l'eau, cassé la glace à certains endroits, déposé de la viande et des noix. J'ai nettoyé les vitres et j'ai attendu suffisamment. Le rouge gorge est venu, puis une charbonnière et.... 6 bruants fous se sont baignés, puis des bruants des roseaux, des bruants jaunes, des grives musiciennes. Deux accenteurs mouchets, des merles, des pinsons des arbres, un moineau domestique sont venus manger et se baigner.

Dominique Bézy, que je remercie, avait noté quelques temps avant la présence des bruants des roseaux (Première citation pour la cabane) et je rajoute celle de bruants fous que je rêvais de photographier. Ci-dessous une photo du bruant fou au bain. Ce doit être la température de l'eau qui lui fait dresser les plumes du crâne !!!!!. En partant à regrets j'ai dérangé une buse qui lorgnait sur la viande déposée.

Alors pour 2021 je vous souhaite de belles observations et je vous conseille de réserver vos occupations des cabanes auprès d'Astrid (a.morel@lepicvert.asso.fr) et de respecter les gestes barrières. "


Jean-François Noblet, le 6 janvier 2021


Bruant fou au bain
© Jean-François Noblet


Photo de la Cabane mangeoire : © Mélissa Chapelain

Nb