Accès au forum »

Un grain de sable et la belle machine est bloquée... Il s'agit ici de réhabiliter l'action individuelle qui ne coûte pas grand-chose en énergie, en temps, en argent. Chacun d'entre nous peut le réaliser facilement et donner l'ampleur nécessaire à son efficacité. Et ça marche si on le fait réellement tout de suite...

Une action différente vous est proposée tous les 3 mois via La Plume.

Le dernier grain de sable proposé :

Non à une nouvelle écluse sur le Rhône

Nous vous invitons à signer la pétition en ligne déposée par l'association Lo Parvi contre la
construction de l'écluse de Brégnier-Cordon sur le secteur de la réserve Nationale du Haut Rhône. Lien vers la pétition : cliquer ICI

La Compagnie Nationale du Rhône (CNR) programme la mise en chantier en 2018 d'une écluse pour franchir le barrage hydroélectrique de Brégnier-Cordon. Le montant des travaux estimé à 22 millions d'Euros est coûteux, inutile et destructeur alors que la Réserve Naturelle Nationale du Haut-Rhône français vient d'être installée sur un site remarquable. La réalisation de cette écluse entraînerait le dérangement des espèces, l'érosion des rives, des pollutions de l'eau et de l'air tout en conduisant nécessairement à la destruction de plusieurs espèces protégées qui vivent à l'emplacement actuel du projet d'écluse.

Si vous ne pouvez pas signer la pétition en ligne, écrivez à Nicolas Hulot ministre de la transition écologique et solidaire. Un modèle de lettre vous est proposé ci-dessous. Merci de nous envoyer une copie de votre lettre ou de votre mail à :

Le Pic Vert - 24 place de la Mairie 38140 REAUMONT

Courriel : contact@lepicvert.asso.fr


Nom, prénom

Adresse, Code postal, Ville

Monsieur le ministre de la transition écologique et solidaire,
246 Boulevard Saint Germain 75007 Paris


Monsieur le ministre,

Nous vous demandons d'intervenir auprès de la Compagnie Nationale du Rhône afin qu'elle abandonne son projet de construction d'une écluse pour franchir le barrage de Brégnier Cordon. C'est un projet destructeur et rétrograde qui ne profiterait qu'à quelques bateaux de plaisance et dont la réalisation entraînerait : dérangement des espèces, érosion des rives, pollutions de l'eau et de l'air, tout en conduisant nécessairement à la destruction de plusieurs espèces protégées qui vivent à l'emplacement actuel du projet d'écluse.
Préserver ou détruire, il faut choisir !
Il y a pourtant mieux à faire avec cet argent, pour valoriser le Haut-Rhône. Sur le plan touristique, le succès de la voie verte ViaRhôna pourrait encourager à améliorer et compléter les déplacements doux, qui bénéficient à tous. Le coût serait bien moindre, le bénéfice plus grand, la cohérence avec la protection du site, évidente.
Sur le plan environnemental, les collectivités locales, faute de moyens financiers, peinent à mettre aux normes les rejets de leurs eaux usées qui finissent dans le fleuve et le polluent. Les millions économisés sur le coût de cette écluse seraient bien plus utiles pour moderniser les stations d'épuration et préserver la qualité de l'eau du Rhône.
Avant qu'il ne soit trop tard, nous demandons à l'État de modifier son cahier des charges afin d'utiliser plus intelligemment la «rente hydroélectrique du Rhône».
Dans cette attente veuillez agréer, monsieur le ministre, nos sincères salutations,

Signature


Nb