Skip to main content

Les succès de l'association

Protection des amphibiens à Voiron

(col de Teissonnière et hameau du Pilon)

Grenouille rousse traversant la route du vallon de Teissonnière ©Laura SONZOGNI

Le marais de la Teissonnière, aussi appelé étang d'Aiguenoire, est un ensemble de zones humides, de dix-sept hectares, très étroites logées entre la colline de Monure et la route qui relie Orgeoise à Saint-Nicolas-de-Macherin au nord de Voiron. Des étangs de pêche ont été creusés dans la partie nord.

L’intérêt du site, enchâssé dans un contexte agricole traditionnel et des espaces forestiers, est reconnu par un classement en ZNIEFF, Zone Naturelle d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique. Il est également intégré au réseau des Espaces Naturels Sensibles (ENS) et sa gestion est assurée par le Pays Voironnais avec le soutien financier du Conseil départemental de l’Isère.

Avec 8 espèces d’amphibiens toutes protégées, dont les rares Crapaud Sonneur à ventre jaune et Triton crêté, il s’agit d’un site isérois majeur pour ce groupe faunistique.

Il présente également un grand intérêt pour les oiseaux, les insectes et les végétaux avec notamment une espèce de libellule et une espèce de plante également protégées : l’Agrion de Mercure et l’Ophioglosse vulgaire.

Une voie communale longe le site et coupe le corridor emprunté par les amphibiens qui passent l’automne et une grande partie de l’hiver dans un site d’hivernage mais regagnent les points d’eau en fin d’hiver/début de printemps pour se reproduire. Cette voie, bien que de dimension limitée est assez fortement empruntée aux horaires de déplacement domicile-travail. Beaucoup d’amphibiens risquent alors de finir écraser sous les roues des voitures.

La commune de Voiron, interpellée par les associations environnementales locales, est sensibilisée de longue date aux problèmes d’écrasement d’amphibiens. Elle a été parmi les premières (dès 2001) en Isère à avoir pris un arrêté municipal réglementant la circulation des véhicules à moteur lors de la période de pic de migration des amphibiens.

De 2002 à 2011 des filets de protection ont été installés par les bénévoles de l’association CEVC avec des comptages quotidiens afin de mieux évaluer l’importance du site comme lieux de reproduction et de mieux connaître qualitativement et quantitativement les migrations. Le résultat est impressionnant avec jusqu’à 6 000 amphibiens aidés chaque année dans leur migration.

Depuis 2012, ce dispositif très lourd à gérer a été remplacé par la fermeture de la route communale durant la période de migration.

Ainsi, en 2024, la circulation sur la route communale entre Orgeoise et le Pilon a été interdite de 19h à 7h du 1er février au 31 mars par arrêté municipal. Des barrières installées aux deux extrémités de la route communale (col de Teissonnière et hameau du Pilon) ont été fermées chaque soir et ouvertes chaque matin par des bénévoles de l’association Le Pic Vert. Cette mission, financée par le Pays voironnais dans le cadre de la politique Espace Naturel Sensible est en effet confiée depuis plusieurs années à notre association.


Panneau informatif réalisé par la ville de Voiron. Il sera installé à chaque extrémité de la route ©Ville de Voiron

   
 Le marais de Teissonnière ©Sébastien GOGUET  Salamandre tachetée ©Pierre JOCTEUR
   
Sonneur à ventre jaune ©Michel GIRARD Les barrières ©Sébastien GOGUET