Les succès de l'association

Le Pic Vert à l'international !

Vous pouvez participer à une belle aventure à l'international en contribuant financièrement au projet Mares de Hwange (Zimbabwe). Vous serez parrain/marraine de la mare dont vous aurez contribué à financer le pompage solaire.

©Michel BUENERD

De l'eau pour la faune du parc

Adoptez une mare au Zimbabwe ! En 2011, le Pic Vert a volé au secours du parc national de Hwange au Zimbabwe après une saison sèche dévastatrice qui avait vu périr d'inanition des milliers d'animaux. Ce projet, après une phase expérimentale délicate, a été une vraie réussite qui se poursuit aujourd'hui depuis 11 ans au rythme d'une nouvelle pompe par an grâce à la générosité de son mécène, la Fondation Le Pal Nature.

Le roman des Mares de Hwange, épisode 13

Les débuts - une opération hautement artisanale

L'histoire a commencé en avril 2011 avec l'installation d'une pompe solaire, la première jamais mise en œuvre dans le parc national de Hwange au Zimbabwe. C'était la phase expérimentale d'un projet imaginé au retour d'une mission d'écovolontariat dans ce parc en septembre 2009. Il s'agissait de soutenir un écosystème et une communauté humaine en totale déshérence face au changement climatique et à une terrible crise économique.


Installation par les volontaires de la première pompe solaire dans le parc de Hwange en septembre 2011, un peu acrobatique. Le véhicule de l'équipe (Toyota Land Cruiser, largement trentenaire) a servi d'échafaudage pour la pose de panneaux solaires.

L'eau a coulé dans la mare de Bumbusi-South en juin 2011. L'aboutissement de ce premier succès ne fut acquis qu'au prix d'une longue bataille technique qui n'émut ni la brousse environnante ni ses acteurs naturels, mais dont l'écho résonna néanmoins aux 4 coins du Landerneau des associations de soutien au parc. Il démontra la faisabilité de l'entreprise, et fut le préambule d'un projet d'installation de cinq pompes sur cinq ans, approuvé sur cette base par Le Pic Vert.

Le financement

La fondation Le Pal Nature avait généreusement accepté de financer seule l'opération initiale - aucun autre mécène n'ayant été trouvé - au risque de perdre des plumes dans un naufrage sans gloire au fond d'une brousse incertaine où la moindre difficulté technique peut-être fatale, le plus proche tournevis étant à au moins 2h de piste… La sagesse eut été d'en rester là. Mais il n'en fût rien, et le mécène prit le risque et releva le défi.
Le programme proposé, nommé Mares de Hwange, fut donc à nouveau financé par Le Pal Nature. Et l'installation des cinq pompes prévues se déroula de 2013 à 2018.


Vue aérienne prise avec le drône du projet du pompage de la mare Mafa (#7, 2017). On distingue nettement les panneaux solaires en bas à gauche et la mare en haut à droite (l'emplacement du pompage est fonction de la géologie hydrologique du terrain)

Des mares qui rendent la vie de la faune du parc un peu moins difficile

La fondation Le Pal Nature adorait ce projet qui ne se préoccupait pas de la sauvegarde d'une seule espèce comme les autres projets qu'elle soutenait, mais qui sauvegardait la totalité de l'écosystème local autour des mares, et aussi entre les mares. Ce qui inclut toutes les espèces locales (quelques photos en bas de page) depuis la microfaune des mares jusqu'aux éléphants, en passant, pour en citer quelques uns, par la petite faune (rongeurs, mangoustes, écureuils, petits félidés), les singes, hyènes, chacals, phacochères, la douzaine d'espèces d'antilopes présentes dans le parc, les gnous, buffles, zèbres, girafes, quelques rares rhinocéros noirs (non encore braconnés pour leur corne), léopards, guépards, lions, et leur majesté les éléphants, soiffards impénitents sans équivalent sur cette planète (les 40000 éléphants du parc aujourd'hui boivent chacun environ 200 litres d'eau par jour), sans oublier les oiseaux (au moins 437 espèces vivent ou séjournent dans le parc). Tout ce grand petit univers prospère grâce à ce centre du monde qu'est sa mare.

13 mares en 13 ans

A la fin de ce premier programme, Le Pal Nature a fait savoir au Pic Vert qu'elle était prête à financer une autre pompe, puis après chaque nouvelle pompe, avec une belle régularité, qu'elle était prête a poursuivre avec une autre pompe. Et ce programme, implicite désormais, dure depuis 2017. Et nul ne sait quand il prendra fin.
C'est ainsi que nous sommes arrivés en 2022, après avoir installé nous mêmes les deux premières pompes sur les mares de Bumbusi-South (2011) et Baobab (2013), puis confié à une entreprise locale l'installation successive des pompes des mares suivantes : Tshompani (2014), Inyantue (2015), Deteema (2016), Lukosi (2016), Mafa (2017), Tendele (2018), Tshontanda (2019), Grassy Pan (2020), et Bumbumutsa (2021). Soit au total 12 installations de pompage solaire :


Carte des mares équipées d'une pompe solaire dans le parc National de Hwange par le partenariat Le Pic Vert – Le Pal Nature entre 2011 et 2022.

Evidemment, au fil des années les déboires techniques et péripéties diverses n'ont pas manqué, qu'il serait trop long de conter ici. Il faut bien réaliser aussi que le travail de maintenance de nos partenaires de l'association Bhejane Trust sur le terrain, s’accroit implacablement au fil des années, sur un territoire par ailleurs grand comme un département français (la totalité du parc - 14000 km2 - étant grande comme deux départements).
Aujourd'hui chacune de ces pompes débite de 15000 à 30000 litres d'eau par jour pendant toute la saison sèche de la mi-mars à la mi-novembre. Heureusement la ressource en eau du sous-sol est abondante, et les nappes aquifères sont chaque année réapprovisionnées pendant la saison des pluies de novembre à mars.
La 13ème pompe du projet vient d'être approuvée par la fondation Le Pal Nature. Elle assurera le renouvellement de l'équipement de la mare de Bumbusi-South dont l'aquifère n'a plus un rendement suffisant, et dont la pompe est à bout de souffle, alors que ce site est très prisé des éléphants du parc et sous leur pression permanente. Un forage sera réalisé dans les prochaines semaines sur une zone aquifère voisine, forage qui sera équipé d'une pompe avec ses panneaux solaires.
Ainsi va ce projet, désormais au long cours, pour la sauvegarde d'une exceptionnelle biodiversité et d'un écosystème unique face aux graves dangers qui menacent son futur. Même s'il devait s'avérer un jour que ce combat était illusoire nous ne regretterons pas de l'avoir mené.

La mare de Tendele (prononcer tendélé) au creux d'une prairie humide, avec la forêt pour horizon, vue du drone offert par Le Pal Nature.

Photos et rédaction : Michel Buénerd

Vous pouvez participer

Vous pouvez participer à cette belle aventure en contribuant financièrement au projet. Vous serez parrain/marraine de la mare dont vous aurez contribué à financer le pompage solaire. Pour cela envoyez votre chèque à Le Pic Vert, 24 Place de la Mairie, 38140 Réaumont, en n'oubliant pas de préciser "projet Hwange" au dos du chèque.

En savoir plus

Vous trouverez tous les détails du projet, son contexte, ses fondements, son histoire, le journal du terrain depuis 2010, sur la page du projet :

http://michel.buenerd.pagesperso-orange.fr/Hwange/projet/Hwange_phase_2.html


© Le Pic vert, 2021, tous droits réservés
Retour au sommet